Thézame Barrême, <i>Parce que les arbres marchent</i> Thézame Barrême, Parce que les arbres marchent © p. Laëtitia Agostini et Thézame Barrême
Critiques littérature

Devenir féminin

Thézame Barrême est l’auteure de Parce que les arbres marchent, paru aux éditions Moires en 2016.

Artiste pluridisciplinaire, elle livre avec ce dernier ouvrage la traversée de 32 phases d’écriture, comme autant de reflet de combats.

Par Nox publié le 2 déc. 2016

Les combats que Thézame Barrême déploie dans Parce que les arbres marchent, sont ceux du devenir de la question féminine face aux invectives d’un monde qui se targue de normaliser nos relations en faisant des concerné.e.s les cibles d’une oppression. Retour sur les mouvements d’une puissance féminine qui en actes, a su combattre sans admettre ni embrasser le mimétisme d’un conflit engendré par un virilisme établi.

C’est par la poésie et les rythmes de chaque phase que Thézame Barrême s’emploie à donner le ton, tragique mais non pas résigné de son combat. Face à la norme et l’oppression patriarcale, l’auteure conçoit une résistance hors cadre de ce que l’on pourrait envisager comme les débâcles d’un couple en perdition. Chaque violence est empreinte de beauté sans se défaire de la fragilité assumée d’un vécu qui ne se laisse pas prendre au dépourvu.

 

En effet, lorsqu’elle est face aux agressions de l’Homme supérieur – marqué des lettres majuscules tout au long de l’œuvre, non pas dans l’écriture littérale mais au sens sémiologique – on remarque la puissance créatrice que la résistance de sa féminité déploie.

Peu importent les stratégies de l’ennemi.e, Thézame Barrême invente toute une élaboration quant à l’écoute de son corps et de ses affects, notamment par le lien de parenté qui la lie à son enfant, socle des divers mouvements de lutte de ses écrits et mise en pratique. Il est le territoire d’un imaginaire arborescent, qui s’étend lors de la réalisation de l’identité femme-arbre.

Les blessures n’en sont pas moins des stigmates douloureux. Et c’est souvent à ce moment-là que l’expression de sa poésie change de forme : mutation des mots et des phrases courtes, épurées (qui de fait ne nécessitent pas de grands discours pour toucher le lecteur.ice) qui si, un minimum se faut, se plonge dans la réalité sociale problématique de devenir féminin face aux invectives normatives véhiculées par un patriarcat totalitaire et tout aussi collaborateur lorsque les liens de familles unissent par-delà les solidarités de genres possibles.

Un récit qui ne se donne pas de trame particulière à respecter, on est là dans une dynamique qui se conçoit presque de façon thérapeutique, si l’on cherche à comprendre la démarche de l’auteure. Néanmoins, la victimisation n’est pas ce qui nous entraîne à réflexion. Effectivement, les différentes étapes, toutes liées à des forces qui se rapprochent presque d’une mystique proche de Rêver l’obscur, de Starhawk, nous indiquent clairement que si cette aventure est avant tout force de vie, c’est par un lien de causalité à une destruction première ; nommer la peur avant de la combattre.

Face à cette oppression qu’elle dénonce dans un souci du détail des plus réaliste et cohérent, Thézame Barrême s’emploie à sa propre volonté, engendrant une puissance qui se distingue parmi une multitude de formes de résistance effective et envisageable face à l’ennemi. La poésie, et de fait les variations de rythmes, une phonétique traversée par une certaine musicalité, un ton qui se remarque et un imaginaire qui sait remettre sur pied celle qui compte sur ses sœurs. Et ce pour une cavalcade salvatrice. Le tout est établi en corrélation aux rites cathartiques de son écriture.

Qu’importe la stratégie politique, Parce que les arbres marchent est l’expression d’un rapport de force modal en constant devenir. Les armes sont à imaginer et la littérature de Thézame Barrême est à la fois le moyen et la force première de cette lutte. 

 

> Thézame Barrême, Parce que les arbres marchent, éditions Moire, 2016