Alain Buffard Alain Buffard © Stéphane Barbier

L'événement Alain Buffard

Le chorégraphe Alain Buffard nous a quitté en 2013. Le CN D, le Théâtre de Nîmes et le Centre Pompidou lui rendent hommage du 4 octobre au 15 décembre. L'occasion pour Mouvement de lui consacrer un dossier d'archives. 

Par Gérard Mayen publié le 21 sept. 2017

 

Cet automne, la remise en piste de trois pièces d’Alain Buffard sonne l’alerte d’un impératif mémoriel. Emporté il y a quatre ans par le versatile spectre du Sida, ce Good Boy qui se joue du Mauvais genre, s’est employé à détricoter le cocon dans lequel la société postcoloniale et hétéronormée nous a longtemps endormis. Les Inconsolés, tour à tour victimes et bourreaux, s’arment de masques pour mixer Goethe avec l’entêtante comptine « promenons-nous dans les bois », à la lisière de l’enfance et de la transe. Allez-y avant qu’il ne soit trop tard car l’insolence du geste d’Alain Buffard – qui peut heurter les sensibilités nous avertit-on – vous offrira du grain à moudre. 

 

Au sommaire du dossier : 

> Hommage à Alain Buffard,  « Un tassement dans l'époque », par Gérard Mayen 

> La critique de la reprise 2004 de Mauvais genre à la Rochelle, « Alain Buffard : un bilan s'échappant », par Gérard Mayen

> La critique de Chroma de Bruno Geslin, « Rébellion en couleurs » par Gérard Mayen 

 

> Alain Buffard, du 4 octobre au 15 décembre au CN D, Pantin et au Centre pompidou, Paris

> Evénement Alain Buffard, du 17 au 20 octobre au théâtre de Nîmes