pluridisciplinaire

L'agenda du 9 au 15 octobre

La semaine indiciplinaire de Mouvement.net


01/09 > 31/10/2017 -DANS TOUTE LA FRANCE

Propositions culturelles à se jeter derrière la cravate

Par La rédaction de Mouvement | publié le 26 sept. 2017

 

 

4 bonnes raisons… DE VOIR CERVANTINO

1. Car la France est à l’honneur, on retrouvera Pascal Rambert avec sa Clôture de l’amour, Joël Pommerat avec Ça ira (1) Fin de Louis ou encore la cie Porte27 et sa conférence acrobatique Chute!.

2. Pour découvrir des spectacles qui secouent, dont Still Life, sur les drames engendrés par l’homophobie ambiante, de la compagnie italienne Ricci/Forte au théâtre plastique et visuel.

3. Pour ressentir une effervescence politique rare avec « Revoluciones Off », programmation dédiée aux compagnies indépendantes mexicaines mobilisées sur ladite thématique (Teatro entre 2, Teatro bola de carne, etc.)

 

Festival international de Cervantino, du 11 au 29 octobre à Guanajuato, Mexique

============================================================

 

Une insurrection est-elle encore possible aujourd’hui ? Quelle forme pourrait prendre la révolte à venir ? Tel est le nouveau champ d’investigation de la cie de hip-hop Dyptik. Après D-Construction, le groupe de Saint-Étienne présente sa nouvelle création Dans l’engrenage à la Maison de la danse de Lyon, du 11 au 14 octobre. Ils quittent la grande barrière qu’ils ont dressée dans l’espace public pour retrouver la scène, mais la même lutte se poursuit.

 

============================================================

 

Il y a tout juste un siècle, un groupe de villageoises égyptiennes décidait de ne pas se taire devant ses violeurs. En s’emparant de ce fait historique, Laila Soliman redonne corps à ces voix du courage et de la dignité, et signe avec Zig zig une occasion nouvelle de repenser le sujet. Du 12 au 21 octobre au Nouveau théâtre de Montreuil.

============================================================

 

Le collectif Encyclopédie de la parole poursuit son épopée dans l’oralité : Blablabla, comme une matière dense et composite qui remplit la bouche sans discontinuer. Joris Lacoste s’engage à la pétrir, Emmanuelle Lafon à la formaliser sur scène, Armelle Dousset à lui donner corps. Une création à percevoir du 13 au 29 octobre au Théâtre Paris-Villette.

============================================================

 

Comme dans l’œil d’un cyclone, danseurs et musiciens se rencontrent au plateau, pour donner leurs traductions du désir. Le 12 octobre au Centre des bords de Marne au Perreux-sur-Marne les frères Ben Aïm déploient La Légèreté des tempêtes et donnent à ressentir ce qui lie corps et souffles à ce sentiment complexe d’incomplétude.

============================================================

 

MAINTENANT

du 10 au 15 octobre au Théâtre du vieux Saint-Étienne, Rennes

Le turfu c’est Maintenant ! Un slogan bien merdique que les camarades de l’association Electroni[k] à l’origine d’un des festivals de musique électronique le plus avant-gardiste de d’Ille-et-Vilaine – carrément ! – n’ont heureusement jamais trouvé. Pour cette nouvelle édition, en vrac, Willow, Courtesy et le duo crépitant Anthony Linell / Abdulla Rashim.

============================================================

 

MèQ

du 12 au 14 octobre à hTh, Montpellier

Investissant pleinement le CDN de Montpellier de ses missions d’innovation, le festival Mèq a mis les mains dans le cambouis pour explorer les liaisons entre les arts de la scène et ceux du numérique. Cette réflexion globale sur les processus créatifs (sous la houlette de Daniel Romero) prend la forme d’ateliers, stages et résidences pour créer un nouveau monde, rempli de costumes électroniques et d’informatique poétique.

============================================================

 

DISTINGUISHED HITS (1991-2000)

de La Ribot, du 11 au 22 octobre à l’ADC, Genève

La Ribot, performeuse aux cheveux rouges et icone de l’art performatif, présente à l’ADC dix de ses plus importantes performances. D’un effeuillage burlesque à un auto-body painting en passant par des séries de poses, l’Espagnole enrichit, depuis 1991, un répertoire de « Pièces distinguées ». Limitée à sept minutes, chacune explore avec humour et dans une certaine pauvreté de moyens, les thématiques liées au corps. Nu, en l’occurrence.

 

==============================================================

ET ENCORE 

==============================================================

 

FRAGMENT(S)

du 6 au 21 octobre à Paris

Imaginé par La Loge et Mains d'œuvres, lieux parisiens emblématiques de l’émergence, le festival Fragments présente des spectacles encore en chantier et nous plonge dans les méandres de cerveaux artistiques en recherche : À partir d’une histoire de selfie pris à Auschwitz, la cie Les Yeux creux explore le « Shitstorm ». France 98 retrace la saga bleue de la coupe du monde comme une épopée antique. La cie LTDH emmerde (en souriant et avec tendresse) les fantasmes transhumanistes.

============================================================

 

BIENNALE DE LA DANSE

du 5 octobre au 5 décembre dans la région Grand Est

Prêts pour une grande expédition chorégraphique ? Le voyage commence avec un check-up complet de l’état du monde avec Bien sûr les choses tournent mal de Frank Micheletti. Si vous avez opté pour la navigation, n’ayez pas peur du vide car vous atterrirez dans un bain de foule orchestré par Gisèle Vienne. Avec une paire de jumelles, à la recherche d’oiseaux rares, direction le Luxembourg pour découvrir les danses encore préservées du Grec Andrea Rama.

============================================================

 

FESTIVAL INTERNATIONAL DES ARTS DE BORDEAUX

du 5 au 25 octobre

Après une première édition pour le moins concluante, le FAB poursuit sur sa lancée avec une programmation bien accordée au présent. Construite autour de deux thématiques fortes, celle des frontières et un focus France-Argentine, la programmation esquisse courageusement les contours des questions qui dérangent. Avec Talos, Arkadi Zaides épingle l’UE et dresse une chorégraphie aux frontières, l’Agrupacion Señor Serrano confronte capitalisme et humanisme, tandis que Carly Wijs repense le subjectif face au drame collectif. Et finalement, que peut l’art ? Quelques éléments de réponse seront sans doute à glaner dans Actions de Yan Duyvendak, Nicolas Cilins et Nataly Sugnaux.

============================================================

 

DES TOILES DANS LA VILLE

du 21 septembre au 17 décembre à Tournai, Lille et sa métropole

Dans toute la région lilloise, une émulsion circassienne s’évertue à réinjecter poésie et chaleur humaine dans les âmes et dans les rangs. Un soir chez Boris (Olivier Debelhoir) met du baume au cœur, pendant que Le Dedans des choses (cie La Fabrique - Nadia Ghadanfar) et Ouïe de Ludor Citrik & Pollu prêtent l’oreille au seul moment qui nous lie. Accalmie sensible avant la tempête comique, insufflée par More Aura de Véronique Tuaillon et Dad is dead des Mathieu ma fille Foundation. 

============================================================

 

FESTIVAL D’AUTOMNE

du 13 septembre au 31 décembre à Paris

Manuel de survie à l’attention des spectateurs.

1. Se laisser guider par le ciel : la comète éruptive Vincent Macaigne brûle ses rêves d’adolescent (En manque, et Je suis un pays) ; la dérangeante constellation du plasticien et réalisateur Harmony Korine est exposée à Pompidou ; la mystérieuse éclipse de lune de Romeo Castellucci part aux origines de la démocratie.

2. Prendre les tabous à bras-le-corps : Dorothée Munyaneza (Unwanted) et Laila Soliman (Zig Zig) se demandent ce que la guerre fait au corps des femmes.

3. Faire confiance à la nuit : en allant cluber avec Gisèle Vienne (Crowd).

 

==============================================================

C'EST BIENTÔT LA FIN

==============================================================

 

 

BIENNALE

du 27 septembre au 14 octobre à Charleroi, Belgique

 

Avec l’arrivée d’une nouvelle directrice, le vent tourne à la biennale de Charleroi. Soufflant de l’Est, Wen Hui hérisse un large panorama critique de la révolution culturelle chinoise. Une bribe d’air indonésien nous parvient dans une soirée qui brasse danse traditionnelle Saman dite des 1000 mains et le travail d’Otniel Tasman. Dans une ode érotisée, le chorégraphe javanais aère les idées de féminin et masculin. Entre alizé empreint de douceur (Sur le fil de Nacera Belaza), mistral tonitruant (To Da Bone de (La)Horde), gaze énigmatique (3 de Malika Djardi) ou le mythique zéphyr (Dance de Lucinda Childs) vous n'aurez qu’à vous laisser porter.

============================================================

 

ACTORAL

du 26 septembre au 14 octobre à Marseille

Par le verbe, le corps ou la matière, l’édition 2017 d’Actoral s’invite dans tous les foyers de présence humaine. Par une exploration des fondamentaux des danses traditionnelles (SunBengSitting de Simon Mayer), la restauration des utopies collectives (Des territoires (...D’une prison l’autre...), de Baptiste Amann), ou l’architecture rhétorique de These Are My Principles… If You Don’t Like Them I Have Others, le festival marseillais promet un inventaire non-exhaustif de ce qui nous rend présent.e.s au monde. Le virtuel ordinaire se heurte à la poésie pratique, l’intime abyssal au collectif érecteur et incite, souhaitons-le, à bâtir de nouveaux grands « ensemble ».

============================================================

 

GRANDE-

De leur rupture, Vimala Pons et Tsirihaka Harrivel ont tiré la matière de leur dernière œuvre totale. Empruntant sa forme fragmentée au music-hall, Grande- mixe les registres et les disciplines pour traverser, avec une délicatesse à pleurer, les mystères de l’amour, des obsessions, des échecs et du temps qui passe. Un bijou présenté du 19 septembre au 11 octobre au Centquatre, Paris.