Publicité

pluridisciplinaire

L'agenda du 1er au 8 septembre

La semaine indiciplinaire de Mouvement.net


01/09 > 30/09/2017 -DANS TOUTE LA FRANCE

Propositions culturelles à se jeter derrière la cravate

Par La rédaction de Mouvement | publié le 4 sept. 2017
Dora Budor,<i>Sonoro</i>, 2016, exposition <i>Le rêve des formes</i> au Palais de Tokyo Dora Budor,Sonoro, 2016, exposition Le rêve des formes au Palais de Tokyo © Courtesy de l'artiste et de la New Galerie. p. D. R.

 

 

LE RÊVE DES FORMES  

Arts, sciences & cie, du 5 au 7 septembre au Collège de France, Paris

La forme résout l’équation entre sciences dites « dures », sciences « molles » et pratiques artistiques : toutes participent à élargir les représentations préexistantes du monde. En parallèle de l’exposition Le Rêve des formes au Palais de Tokyo, le neurobiologiste Alain Prochiantz et l'artiste Alain Fleischer, également directeur du Fresnoy, invitent artistes (SMITH, Mathieu Pernot, Jean Nouvel…) et chercheurs de tous bords à poursuivre le dialogue indisciplinaire initié par les œuvres.

==============================================================

 

SOIRÉES NOMADES

jusqu’au 29 septembre à la Fondation Cartier, Paris

Quand le solo Finir en beauté de Mohamed El Khatib s’achève sur scène, c’est dans le jardin, et plus précisément sur les sièges d’une Renault 12 que commence un road-movie pour quatre spectateurs, d’Orléans à Tanger (le 11 septembre). Achevant à la fin du mois son cycle Soirées nomades, la Fondation Cartier invite David Levine à une lecture de son essai Matter of Rothko avec, en seconde partie, une performance des Sœurs h et Maxime Bodson (Je ne vois de mon avenir…, le 18 septembre) C’est avec MOAB (mother of all the bombs) que Jean-Yves Jouannais boucle la boucle au musée des Invalides, ajoutant une pierre à son Encyclopédie des guerres.

==============================================================

 

FESTIVAL SITU

Du 8 au 10 septembre à Veules-les-Roses, le festival Situ questionne les modes de production du spectacle vivant et les nouvelles formes d’écriture. Avec pour pierre angulaire le maintien d’un lien fort au territoire – dans 76980 Judith Zins utilise la correspondance des habitants du village alors que Martin Tronquart et Sébastien Téot se lancent dans la réalisation d’un film avec les 16-20 ans (« du Louuurd !!! » qu’ils disent). À suivre.

==============================================================

 

LE TEMPS D'AIMER

du 8 au 17 septembre à Biarritz

Lorsqu’elle disait : « Ma première idée du mouvement de la danse vient du rythme des vagues », Isadora Duncan pouvait-elle imaginer meilleur terrain de jeu que Biarritz ? Manœuvrant justement entre les sports et la danse, Michel Kelemenis crée un espace hybride qui déplace les usages de ces disciplines (Rock & Goal). Au théâtre du Casino, Martin Harriague monte d’un étage avec Pitch et déclare son amour à Tchaïkovski alors que la serbe Dunja Jocic dresse le portrait d’un Andy Warhol schizophrénique (Don’t Talk to Me in My Sleep).

==============================================================

 

LA BÂTIE

du 1er au 16 septembre à Genève

Oscar Gómez Mata et Mohamed El Khatib, invités de cette édition, plongent dans les absurdités du monde du travail et interrogent ce qu’il fait à nos corps. L’un avec une adaptation scénique du film de Lars von Trier Le Direktør, l’autre en faisant monter sur scène une femme de ménage, Moi, Corinne Dadat. Marcelo Evelin avec Dança Doente – danse malade – et Nadia Beugré avec Tapis rouge, insistent : à société malade, corps malades. Direction donc, le cap de la furieuse libération des corps avec Bacchantes–Prélude pour une purge de Marlene Monteiro Freitas et El Baile de la sensible Monnier. Subliminal et nécessaire.