<i>Ceux qui errent ne se trompent pas</i> de Maëlle Poésy et Kevin Keiss http://mouvement.net/critiques/critiques/la-bourse-ou-la-vie © Jean-Louis Fernandez.

Théâtre en mai 16'

Le festival du Théâtre Dijon Bourgogne s'est ouvert le week-end du 20 mai et se prolonge jusqu'au 29. La rédaction de Mouvement vous a préparé une petite sélection de spectacles (et de critiques) à cette occasion. À suivre... 

Par La rédaction de Mouvement publié le 4 mai 2016

Sous le regard bienveillant de sa marraine Maguy Marin, le rendez-vous annuel du TDB célèbre de joyeuses retrouvailles avec des artistes qui lui sont chers. Retour de l’enfant prodigue Maëlle Poésy, donc. Avant Avignon, elle présente Ceux qui errent ne se trompent pas, fiction politique dans laquelle une avalanche de votes blancs bouscule les règles trop bien huilées de nos démocraties malades. Retour du grand amateur de littérature Matthieu Cruciani qui subsume l’écriture virtuose de Gracq en rêverie hallucinogène (Un beau ténébreux). Retour, enfin, du groupe La galerie pour une suite (tout aussi barrée ?) de Vivipares. Ou les improbables aventures de méconnaissables Bukowski, Garland et Bowie. 

 

Au sommaire : 

* Une critique de Ceux qui errent ne se trompent pas de Maëlle Poésy, par Aïnhoa Jean-Calmettes 

* Une critique de Timon et Titus du collectif Os'O, par Orianne Hidalgo-Laurier

* Une critique de Un beau ténébreux, mise en scène Matthieu Cruciani, par Aïnhoa Jean-Calmettes  

* Une critique de No world / FPLL de Winter Family, par Aïnhoa Jean-Calmettes